Stage de modélisme

Date

Ma formation au modélisme

Cela fait presque 1 an que j’ai cet article en tête et je suis contente aujourd’hui de le publier. Il s’agit d’un point de vue personnel sur la formation mais je serai ravie d’avoir vos avis !

En 2019, après plusieurs années d’apprentissage de la couture en autodidacte, j’ai eu envie de me former auprès de professionnels pour continuer à progresser mais aussi pour sortir de ma zone de confort.

J’ai découvert, grâce à un article du magazine Louise, la formation au modélisme proposée par Marie-Emilienne Viollet, qui est aussi la créatrice de la marque I Am Patterns.

20201011_113109-6975586
La salle de cours

Les modalités de la formation m’ont immédiatement plu :

  • le fait d’être coupée du rythme de la vie quotidienne et de me consacrer uniquement à la couture
  • la possibilité d’échanger avec une professionnelle et d’autres couturières amatrices était très importants pour moi, dans la mesure où je n’avais pas dans mon entourage de personnes aussi passionnées que moi.

J’ai postulé en juin 2019 avec l’espoir d’intégrer le prochain groupe. Finalement, je n’ai pas été retenue mais Blandine m’a proposée d’intégrer un des groupes suivants en 2020. Après avoir calé la logistique familiale, c’était parti pour la grande aventure !

Comment se passe la sélection ?

Pour postuler, il faut remplir un questionnaire qui consiste à se présenter, expliquer ses motivations pour le modélisme et à envoyer une photo de 3 de ses réalisations.

Marie-Emilienne nous a expliqué qu’elle privilégiait les candidatures de personnes avec un projet de reconversion.

Dans mon groupe, nous étions toutes, de manière plus ou moins importante, dans une phase de questionnement professionnel mais aucune d’entre nous n’avez de projet précis ou abouti.

La formation

Le contenu de la formation est très bien détaillé sur le site de I Am Patterns mais ce qu’il faut surtout retenir c’est que le stage se déroule en 2 fois 9 jours avec un nombre de participantes limité à 8 :

  • La première session est consacrée à la jupe de base : prise de mesures, construction de la jupe de base puis apprentissage des modifications à apporter à la jupe pour construire différents modèles
  • La seconde session est consacrée au buste de base : construction du buste, apprentissage des modifications à apporter au buste pour construire des hauts avec ou sans manches, avec ou sans col, avec les valeurs d’aisance, etc…

Entre les deux sessions, Marie-Emilienne nous demande de réaliser un ou deux modèles dans un tissu de notre choix.

Cela permet vraiment de se frotter à la question des finitions car c’est une chose de dessiner le patron mais il faut aussi réfléchir aux finitions et ce n’est pas toujours le plus évident.

D’un point de vue pratique, une liste de fournitures est envoyée après l’inscription et Marie-Emilienne propose d’acheter le matériel pour que nous l’ayons en arrivant sur place. Venant en train, j’ai trouvé ça super pratique !

Si vous souhaitez être hébergée sur place, il y a 3 maisons d’hôtes qui sont toutes très agréables.

20200312_083544-6942802
Le joli village de Noyers

La répartition entre les maisons est faite par Blandine de façon aléatoire. Il faut un peu d’organisation pour les courses et les repas car Noyers étant un village, les horaires d’ouverture des supérettes ne sont pas aussi étendus qu’en ville ! Il y a aussi quelques resto mais là encore il faut anticiper et réserver.

Mon avis sur la formation

La formation est très bien pensée.

Commencer par la jupe est plus simple et permet de se familiariser avec les principes de construction d’un patron, les passages de pinces, les notions de godets, de plis, de panneaux, de patte de boutonnage, les différents types de ceinture.

20200311_194911-6358704
Premiers essayages…

En attaquant le buste, les mêmes notions sont revues mais le buste est plus complexe que la jupe dans sa construction. D’un point de vue pédagogique, je trouve que c’est une bonne pratique de commencer par la jupe.

L’alternance entre cours magistral le matin et mise en pratique en autonomie l’après-midi a aussi plusieurs avantages.

D’abord le cours permet de bien prendre des notes car de retour chez soi, on a vite fait de tout oublier et ainsi relire ses notes permet de bien se rafraîchir la mémoire.

20200314_123309-3856755

Enfin la pratique en autonomie (« les devoirs ») permet de s’assurer qu’on a bien compris et ne pas lever la main à la moindre question : on réfléchit par soi-même, on teste, on demande aux copines et si vraiment on est bloqué, on revoit le point le lendemain matin avec Marie-Emilienne.

J’ai trouvé la première session plus difficile que la seconde. Je n’avais aucune notion de modélisme, le fait de penser un modèle en volume ne m’était pas familier, je n’étais pas assez rigoureuse dans mes tracés. La première session m’a demandée de fournir un effort intellectuel important avec beaucoup d’informations à ingérer et une certaine pression – j’avais un peu l’impression de retourner en classe prépa…

Avec le confinement, nos deux sessions ont finalement été espacées de 6 mois au lieu de 2 mois et cela m’a permis d’expérimenter différents modèles mais aussi de laisser reposer mes connaissances. Je me suis sentie beaucoup plus à l’aise sur le buste de base même si j’ai conscience qu’il nous reste encore beaucoup à apprendre.

Marie-Emilienne nous livre aussi une méthode pour construire les patrons en 3 étapes : la description du vêtement souhaité, la construction et la transformation de la base.

Un autre avantage de cette formation est la création d’un groupe. Avec les autres participantes, nous restons en contact, nous nous appelons de manière régulière et nous pouvons suivre les projets de chacune, je trouve ces échanges très riches et j’espère que nous pourrons les maintenir aussi longtemps que possible.

20200311_160041-2-5581301
Studieux…

Bref, vous l’aurez compris : j’ai beaucoup aimé cette formation au modélisme !

Pour celles d’entre vous quoi sont intéressées, n’hésitez pas à postuler, c’est une belle aventure !

Un conseil pour la route

Si je devais donner un conseil, c’est de choisir une méthode et de s’y tenir. Marie-Emilienne enseigne de la même manière que DP Studio ou Jacqueline Chiappetta. Il me semble que Christine Charles de Rêves à Soie suit également la méthode DP Studio.

Par contre, les méthodes ESMOD et Theresa Gwileswska sont apparemment différentes – mais je dis ça sans avoir fait de comparaison entre les méthodes. Donc si votre professeur suit la méthode ESMOD, c’est plus simple de poursuivre sur la même méthode pour ne pas se perdre.

J’espère que cet article vous aura été utile ! Etes-vous tentée par le modélisme ?

2 réponses

  1. C’est toujours avec beaucoup d’intérêt et de nostalgie que je lis les articles sur cette formation ! J’ai eu la chance de faire partie de la première « promo » et c’est intéressant de deviner quelques petits ajustements. En tout cas je recommande à 1000% cette formation, mais j’ajouterai qu’il est très important de pratiquer après pour ne pas perdre la main, au risque de ne plus oser se lancer !

    1. Oui, je te comprends! Les photos de la première promo donnaient tellement envie! Tu as raison, il faut vraiment continuer de pratiquer et je pense que je ne le fais pas assez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez plus d'articles