Nuanciers de teinture naturelle

Date

Stage de teinture naturelle Chez Colore ton Monde

J’ai suivi en avril dernier un stage d’initiation à la teinture naturelle d’une semaine chez Colore ton Monde.

Vous trouverez dans cet article mon retour sur cette formation : pourquoi j’ai décidé de m’inscrire, le contenu de cette formation & les modalités pratiques et ce que j’en retiens !

Pourquoi ce stage ?

Quand j’ai commencé à me lancer dans les teintures, le sujet du mordançage des fibres a rapidement été au cœur de mes préoccupations.

Même si certains ouvrages et tutos indiquent que, pour certaines plantes, le mordançage n’est pas obligatoire, l’intensité et la résistance de la couleur aux lavages et à la lumière ne sont pas les mêmes sans effectuer cette étape.

Une petite définition du mordançage au passage :

« Le mordançage est une étape souvent incontournable de la teinture textile naturelle artisanale. Il consiste en l’adjonction de substances chimiques, ayant pour fonction de créer un pont chimique entre les fibres textiles et les teintures naturelles. En effet, ces dernières n’ont pas suffisamment d’affinités chimiques avec la fibre pour s’y fixer durablement. »

Wikipédia

Le workshop chez WHOLE m’avait laissée sur ma faim concernant le mordançage.

En faisant quelques recherches, je me suis appuyée sur les notices de la société Green’Ing mais je voulais être certaine que ma méthode de mordançage donnait un résultat vraiment solide.

C’est pourquoi je me suis inscrite au stage d’initiation à la teinture chez Colore ton Monde.

Le déroulement du stage Initiation chez Colore ton Monde

1/ Le contenu du stage

Bien que le libellé du stage soit « initiation », j’ai trouvé que les acquis au cours du stage vont bien au-delà de l’initiation.

Durant ces 5 jours, nous avons appris à :

  • Mordancer les fibres (laine / soie / coton) selon les méthodes fournies par Colore ton Monde
  • Créer des nuanciers en laine, soie, coton avec 4 plantes (garance, réséda, châtaignier, myrobolan) et 1 insecte (cochenille) : la création des nuanciers requiert beaucoup de précisions. La création des nuanciers permet d’apprendre les bonnes pratiques en matière de teinture : trempage des fibres avant le bain, montée en température progressive, ne pas cesser de remuer, etc…
  • Créer de nouvelles couleurs à partir des plantes et tester l’usage du fer pour faire virer les couleurs
  • Expérimenter différentes techniques de teinture et de shibori dans le cadre de projets personnels

A noter que l’indigo n’est pas traité dans ce stage et fait l’objet d’un stage à part entière. L’indigo étant un colorant de cuve, le principe d’obtention de la couleur est totalement différent.

Ce sont 5 journées très riches au cours desquelles nous n’avons pas chômé. Moi qui était venue pour le mordançage, j’ai appris bien plus!

Quelques photos de la préparation des nuanciers :

A l’issue de la formation, chaque participante repart avec :

  • un support de cours
  • pas moins de 45 nuanciers ! 15 nuanciers pour les 5 couleurs de « base » et 30 nuanciers pour les couleurs que nous avons créé. C’est une ressource extrêmement précieuse pour poursuivre les expérimentations.
  • le résultat des travaux personnels autour des shiboris (photo ci-dessous avec une tentative de dégradé!)
  • une liste d’ouvrages de référence et fournisseurs.

inshot_20220414_180256155-8268778

2/ Financement & logistique

Colore ton Monde est certifié Qualiopi, ce qui veut dire qu’il est reconnu comme un organisme de formation à part entière. Les formations ne sont pas éligibles au CPF mais sont remboursables auprès de certains organismes de formation. C’est une des rares associations (voire la seule) à être certifiée.

Vous trouverez plus d’infos sur leur site.

Le stage se déroule à Sceaux en région parisienne. Le local est une jolie maison, à deux pas du RER B station Robinson.

La formation se déroule sur 5 jours, débute à 9h et se termine à 17h environ avec 1h de pause déjeuner.

Ci-dessous une photo d’une partie de l’atelier.

inshot_20220412_172352385-5855690

Ce que j’en retiens

1/ La dimension collective

Nous étions 9 stagiaires et j’ai beaucoup apprécié la dimension « collective » du stage.

Nous avons travaillé ensemble durant les 5 jours pour confectionner les nuanciers (photo ci-dessous), pour définir quelles couleurs créer, pour nettoyer l’atelier, pour transvaser les cuves, etc.

Les stages sont aussi l’occasion de partages d’expérience intéressants entre les participantes et avec la formatrice.

inshot_20220525_112732261-7680609

2/ La teinture : un métier

Le stage est très pointu mais il s’adresse néanmoins à tous les publics. Comme beaucoup de formations, je trouve qu’il est intéressant d’avoir un peu pratiqué avant.

Lors de ma session de stage, il y avait principalement des intermittents du spectacle et des designers. L’objectif du stage est de leur donner les clefs pour intégrer dans leur métier la pratique de la teinture végétale.

Il s’agit finalement d’une initiation pour devenir un jour, au fil des stages de perfectionnement, « teinturier naturel » : l’objectif est de pouvoir par exemple reproduire des couleurs qui pourraient être demandées pour les besoins d’un tournage, d’une pièce de théâtre, d’une collection de mode,…

Les stages de perfectionnement permettent en effet d’apprendre à combiner entre elles les couleurs végétales pour obtenir d’autres couleurs, telles que le vert, le violet, le noir,…

BREF, je suis repartie ravie du contenu du stage et agréablement surprise par le niveau de technicité de cette formation.

3/ Questionnements & perspectives

Je me suis également posée beaucoup de questions sur la façon d’utiliser la teinture dans mes créations, des questions de légitimité, etc.

Et puis, tout ça a fait son chemin et je pense que la teinture végétale est pour moi un outil parmi d’autres pour transformer les textiles qui encombrent nos greniers et leur donner une seconde vie.

J’aime la surprise des couleurs qui sortent des cuves et les utiliser comme elles viennent. Je ne suis pas – du moins pour le moment – dans une recherche de couleurs précises, comme le requiert le métier de teinturier.

Le stage m’a aussi ouvert de nouvelles pistes d’exploration avec l’envie de teindre avec des plantes dont nous disposons localement (ici à Saint-Maur) ou chez mes parents dans l’Allier !

Voilà pour mon retour d’expérience sur cette formation.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à consulter le site de Colore ton Monde !

Retrouvez plus d'articles